Rencontre avec Céline de Ban Sawadee | Une vocation bien-être née d’un voyage intérieur

Céline est une personnalité passionnée et captivante. Après avoir connu un parcours professionnel riche et varié, c’est finalement au cours d’un de ses voyages en Thaïlande que s’est révélée sa passion pour le massage. Guidée par son intuition et sa sensibilité, elle a su faire preuve de détermination pour vivre son aventure entrepreneuriale et pouvoir ainsi proposer une expérience à vivre avec Ban Sawadee.

Entre transmission familiale et véritable vocation, découvrez l’histoire singulière de Céline qui nous dévoile un univers autour de l’éveil des sens, de sa passion pour le massage et pour les relations humaines.

Avec Atmotsphere, j’ai à coeur de proposer une vision plus globale du bien-être, en contribuant au développement de projets forts de sens et d’impact. C’est donc l’intérêt de cette série d’interviews qui part à la rencontre d’entrepreneurs et créateurs de bien-être de tous horizons.

Partageant de belles synergies communes, Céline et moi nous sommes rencontrées grâce à la magie des réseaux sociaux et avons collaboré par la suite sur la refonte des contenus de son site internet.

👋 Sur les traces de Céline, entre sensibilité et convictions

Je suis ravie de t’accueillir aujourd’hui ! Pourrais-tu te présenter et nous dire qui tu es et ce que tu fais ?

Je m’appelle Céline et j’ai 35 ans. Je suis de signe taureau, plutôt fonceuse, sensible et persévérante. J’ai monté Ban Sawadee il y a 7 ans et aujourd’hui c’est un lieu de bien-être où l’on vient y vivre des instants de lâcher-prise.

Mais j’ai d’abord commencé par des études de lettres, que j’ai rapidement arrêtées, après avoir brutalement perdu mon père à l’âge de 18 ans. À la suite de cet épisode de ma vie, je me suis laissé du temps pour apprendre à vivre avec. Après ça, j’ai repris mes études et obtenu cette fois-ci mon diplôme en décoration. J’avais en moi cette sensibilité artistique et je ressentais déjà à l’époque le besoin de m’exprimer autrement. Par la suite, j’ai donc dérivé vers le monde du spectacle mais malgré ma nature curieuse, je n’avais pas encore trouvé ce pour quoi j’étais faite.

À côté de ça, je commençais à prendre goût au voyage. D’abord lors d’un premier séjour en Inde, puis en Asie durant 6 mois. Ce fut une véritable immersion où je me suis vraiment découverte en partant à l’aventure ! Et c’est en Thaïlande, au cours d’une rencontre, que j’ai eu ma révélation pour le massage. Pendant que je me faisais masser, c’est comme si je comprenais au fond de moi l’essence même de cet « art du toucher ». À cet instant, c’était devenu pour moi une évidence, il fallait absolument que d’autres personnes découvrent ça.

Je me suis donc formée aux massages à l’école de Chiang Maï en Thaïlande. C’est là que tout a commencé. Le nom du salon est d’ailleurs un clin d’œil à la Thaïlande. J’avais envie d’apporter une symbolique qui faisait sens pour moi.

Maison bien-être Ban Sawadee

Tu t’es donc lancée dans le massage en rentrant de ce voyage en Thaïlande ?

Tout à fait et puis la magie a opéré, tout s’est ouvert à moi. Quand tu es à ta place, tu n’as plus besoin d’enfoncer les portes. Très vite, un ami m’a proposé de me prêter une pièce dans sa salle de sport pour réaliser mes massages. J’ai donc commencé comme ça et les gens adoraient, certains me surnommaient même « doigts de fée ».

Puis je suis retournée à l’école pour passer mon diplôme d’esthétique et de technicienne de spa. Mais après avoir travaillé au sein d’un hammam traditionnel réputé, j’ai pris conscience que ce n’était pas fait pour moi. On nous imposait un rythme qui m’empêchait d’échanger avec les gens. Je ne voyais plus le potentiel ni le sens de ce métier-passion, alors à quoi bon continuer comme ça ?

J’ai donc arrêté, car j’avais besoin de me réaligner avec mes convictions, et je suis retournée à l’école en Thaïlande pour parfaire mon niveau de massages thaïs. Je suis alors rentrée de ce voyage avec l’idée concrète de monter mon projet. Quelques semaines plus tard, je trouvais un local pour m’installer et je commençais à travailler.

Tout s’est enchaîné pour moi, sans réseau ni accompagnement, mais je croyais en cet avenir et j’y suis allée !

Tu transmets un message fort en démontrant que tout est possible. Dirais-tu que tu es guidée par cette vocation ?

Carrément, je suis à l’aise dans ce que je raconte parce que je suis exactement là où je dois être en prenant soin des autres de cette manière. C’est tout ce cheminement personnel et ces voyages qui m’ont amenée vers cette révélation du massage. Mais je crois aussi que ma mission me vient de mon père, qui avait une grande sensibilité et cette approche du massage pour soulager les douleurs. Je pense que c’est dans mes gènes, je vois d’ailleurs le massage comme un véritable outil pour faire du bien aux gens.

Et puis la vie est courte et notre pays nous donne la possibilité d’entreprendre, alors qu’attendons-nous pour nous lancer ? J’encourage tous ceux qui ressentent l’envie de créer leur entreprise à le faire. Il ne faut pas avoir peur et vivre avec des regrets. Parfois, ça ne marche pas du premier coup, mais on peut toujours rebondir !

Comme on dit, « l’échec est l’épice qui donne sa saveur au succès ».

🌟 Au coeur de l’univers unique de Ban Sawadee

Avec cette approche du massage, peux-tu nous en dire plus sur l’expérience proposée chez Ban Sawadee ?

Tout d’abord, ça se traduit par un accueil chaleureux et bienveillant qui met à l’aise. Quelques mots échangés pour prendre la température et savoir comment les gens vont. Et puis ça permet d’avoir un moment de complicité et de confiance. On vient mettre quelques « mots » sur les « maux » du quotidien.

Après ça, c’est le rituel mis en place qui apporte l’atmosphère à la pièce : les lumières, les bougies, le linge sur les yeux, le lavage des pieds avec une serviette chaude, le son du bol tibétain, l’odeur de la brume ou de l’encens… Les sens sont ainsi mis en éveil.

Une image contenant lit, intérieur, hôtel, pièce

Description générée automatiquement

Plus globalement, comment décrirais-tu le salon aux personnes qui ne connaissent pas ?

C’est un lieu convivial et chaleureux, voire mystique, où le temps s’arrête et où l’on s’accorde un moment de pause dans nos vies frénétiques. Soit à travers un massage ou un soin du visage. Soit avec le hammam ou la cabine de flottaison pour se sentir coupé du monde et se ressourcer.

C’est également un lieu où l’on va personnaliser chaque soin. Le corps humain peut apparaitre comme un casse-tête quand on ne connaît pas la personne. On vient donc sonder le corps et travailler comme sur des engrenages, en essayant de trouver la clé des rouages pour détendre le corps.

Ce sont ces instants de moments uniques que j’ai envie d’apporter aux gens. Pour qu’ils puissent (re)prendre conscience de leur corps, de leurs sensations et surtout ressortir avec le sourire !

En gardant cette même vision, quels seraient tes projets et ton ambition à l’avenir ?

Déjà pour commencer, la vision c’est la base d’une entreprise. Si elle ne te ressemble pas et que tu n’es pas aligné avec ce que tu fais, ça ne peut pas fonctionner. Tu ne peux pas jouer un rôle sinon tu vas être démasqué.

À l’avenir, je veux donc continuer de prendre du plaisir dans ce que je fais, continuer de me former en ayurvéda et pratiques holistiques, et rester en corrélation avec mes valeurs autour du partage, de la convivialité et de l’écoute.

Donc mon ambition ce serait d’ouvrir un lieu plus éclectique, qui ferait vivre des expériences de bien-être, à la fois physique et mental. Un lieu nomade où l’on se sent bien, avec un concept store où l’on a envie de se poser, et un spa urbain autour de l’évasion. En bref, un lieu où il y aurait de la vie et du partage, car j’ai aussi envie de recréer du lien entre les gens !

🌿 Une destinée vers le monde du bien-être

Quelle est selon toi ta propre définition du bien-être ?

Le bien-être c’est cet instant magique où on se sent en communion avec son corps, sa tête et les éléments qui nous entourent. C’est comme être entièrement à sa place, au bon endroit et au bon moment. Avec un sentiment de sérénité et d’harmonie totale. Chez Ban Sawadee, on participe à ces petits moments de bien-être qui contribuent au bonheur.

Les personnes qui viennent chez nous pour s’offrir un temps de déconnexion sont en quelque sorte actrices de leur propre bonheur.

De ton côté, as-tu mis en place un rituel bien-être dans ton quotidien ?

Je n’en ai pas parce que je n’aime pas la routine, je suis une personne très spontanée et intuitive. Selon moi, nos besoins évoluent dans le temps, il faut donc se laisser vivre et trouver ce qui nous correspond. Ne pas se perdre avec des choses qui ne nous ressemblent pas, simplement parce qu’elles sont tendances. Donc pour ma part, je suis mon instinct dans l’instant présent !

D’ailleurs, si tu étais un massage, lequel reflèterait le mieux ta personnalité ?

Je serai un massage ayurvédique indien. C’est un massage vivant et complet qui s’occupe à la fois du corps, mais aussi du mental et des énergies. Un véritable massage holistique qui est dans le don de soi. Et qui permet de lire au travers des personnes pour leur envoyer les bons signaux. C’est d’ailleurs grâce à mon séjour en Inde que j’ai appris la dimension plus spirituelle des soins et massages autour de l’ayurvéda.

🙏 Guidée par son intuition et ses sensations

Pour conclure, aurais-tu une personne qui t’inspire dans ta vie ?

Sans aucune hésitation mon père, qui est un peu mon guide. C’était quelqu’un avec des valeurs magnifiques, il était complètement dans le don de soi et n’aimait pas être dans le jugement. J’ai eu la chance qu’il me transmette ces valeurs et ça a déclenché beaucoup de choses chez moi. Sa force me canalise parce qu’il me permet de ne pas dériver vers des sujets qui ne me ressemblent pas.

À présent, peux-tu nous citer deux choses à savoir sur toi ?

J’ai ce côté ésotérique en moi depuis que je suis toute petite. Je ressens des choses et j’ai cette sensibilité énergétique.

À côté de ça, je suis aussi très proche de la nature. Adolescente j’avais monté une petite association pour protéger les animaux. À l’avenir, j’aimerais donc être encore plus en adéquation avec notre mère Nature ! D’ailleurs, j’essaie à mon échelle de contribuer au quotidien pour minimiser mon impact sur notre planète. J’ai conscience d’avoir encore du chemin à faire, mais je suis dans une démarche d’amélioration continue.

✔ Merci à Céline pour cet échange enrichissant et introspectif !
Vous pouvez retrouver Ban Sawadee ici :

Découvrez les autres articles de blog

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *